“Poésie théâtrale : Rime et Rythme”, un lyrisme sonore produit par Mame Famew Camara

Dakar, 3 juin (APS) – La femme de lettres sénégalaise, Mame Famew Camara a récemment sorti un album musical intitulé “Princesse aux principes” mettant en exergue sa nouvelle trouvaille appelée “Poésie théâtrale”, qui allie textes poétiques et sonorités classiques africaines et latines.

“Beaucoup pensent que la musique classique fait seulement référence à l’Occident et qu’il n’y a pas de musique classique en Afrique, pourtant la kora et le xalam que vous entendez sont des sonorités classiques”, a indiqué Mame Famew Camara qui s’entretenait avec l’APS.

“Même dans la musique sénégalaise il y a du classique”, a dit l’artiste informant que le titre “Princesses aux principes” de son premier album de “Poésie théâtrale” renvoie à ses racines ancestrales du Cayor, plus exactement du Damel Lat Soukabé.

Mame Famew Camara a qualifié sa production de “nouveau genre”, de “nouveau concept”, de “mélange entre poésie, théâtre et sonorités classiques”.

Toutefois, elle a reconnu que le contenu voix de l’album s’apparente à du “Slam”, art oratoire qui consiste à déclamer un texte devant un public.

“Ce concept n’existe pas, en tout cas je n’en ai jamais vu”, a-t-elle fait noter, assurant qu’elle “aime bien être originale, déteste copier”.

Cette journaliste, ancienne stagiaire à l’Agence de presse sénégalaise (APS) a, parlant de sa mère, expliqué, qu’elle est sa “muse”, sa “principale source d’inspiration”.

En plus des deux instruments africains, la kora et le xalam,
le violon et la violoncelle se sont invités dans les “Princesses aux principes” pour davantage faire ressortir les racines et l’engagement de l’auteure pour la cause des femmes.

“Je parle principalement des femmes, des femmes martyr. Je n’aime pas que les femmes soient persécutées, je les défends”, a clamé Mame Famew Camara qui rejette l’étiquette de “féministe”.

Parlant de la cible de sa production artistique, elle a souligné que “tout le monde ne comprendrait pas forcément le contenu de l’album, il faut avoir fait du latin ou de la poésie pour aimer ces titres”.

“Cet album est hermétique, c’est vrai, il me rassemble. C’est tout moi. On ne se lève pas un matin pour devenir écrivain ou poète, ni même savant”, a-t-elle souligné avant de préciser que son objectif est de “décomplexer les sénégalais”.

“Le classique c’est juste le contraire du moderne (…) et les sénégalais ne savent pas qu’ils ont du classique dans leur musique”, a-t-elle poursuivi, espérant que cet album pourrait changer la vision des sénégalais sur la musique classique.

MF/PON

Post Author: dooggle