Peste des petits ruminants : Aminata Mbengue Ndiaye préconise une détection précoce

Dakar, 9 mai (APS) – Le contrôle et l’éradication de la peste des petits ruminants (PPR) passent par une surveillance épidémiologique visant à détecter de manière précoce, les foyers de maladies, a soutenu, lundi, à Dakar, le ministre de l’Elevage et des Productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye.

De cette manière, les équipes dédiées peuvent intervenir “à temps” pour la circonscrire et espérer limiter les conséquences, a-t-elle déclaré à l’ouverture d’un atelier sous-régional de formulation de la feuille de route pour le contrôle et l’éradication de la PPR en Afrique de l’Ouest.

Cette perspective requiert, “entre autres, la mise en œuvre d’une stratégie nationale qui va s’appuyer sur la surveillance épidémiologique pour la détection précoce des foyers et la réaction rapide pour en limiter les conséquences”, a indiqué Aminata Mbengue Ndiaye.

Le PPR est une maladie qui affecte les moutons et les chèvres. Elle a un impact jugé “très négatif” sur l’élevage, en entraînant des pertes économiques pour les producteurs.

Au Sénégal, explique-t-elle, la maladie est endémique et constitue une contrainte majeure au développement de l’élevage des ovins et des caprins, estimés à près de 11 millions 300 milles têtes.

“Face à cette menace constante, nous avons, depuis 2002, instauré une stratégie de prévention et de riposte basée sur un système de surveillance et de campagnes annuelles de vaccination de masse obligatoire”, a renseigné Aminata Mbengue Ndiaye.

Toutefois, le niveau de couverture vaccinale demeure “faible car se situant entre 15 et 25%, ce qui et encore loin de la norme universelle de 80% requise”, a précisé le ministre de l’élevage et des Productions animales.

Pour éradiquer de manière durable cette maladie, elle préconise le renforcement de capacités d’intervention des services vétérinaires en matière de budget, de logistiques, d’équipements et de formation, ainsi qu’une sensibilisation des éleveurs sur la prévention contre le PPR.

Selon Aminata Mbengue Ndiaye, la construction de centres de quarantaine aux postes d’inspection, de parcs à vaccination et l’identification des animaux pour assurer la traçabilité “doivent être sérieusement prises en compte dans les différentes stratégies”.

“Une stratégie mondiale de contrôle et d’éradication de la PPR a été adoptée en avril 2015 à Abidjan (Côte d’Ivoire), lors d’une conférence internationale. Au cours de cette cérémonie, les participants se sont engagés à éradiquer la maladie d’ici 2030”, a rappelé le représentant de la FAO au Sénégal, Vincent Martin.

M. Martin a invité, à cet effet, les différents pays concernés, en particulier ceux de sous-région, à prendre en compte la mise en œuvre du programme dans leurs priorités nationales.

SK/BK

Post Author: dooggle