KINKELIBA

Les feuilles de kenkeliba sont infusées pour être bues en tisane. Elles ont de nombreuses

vertus thérapeutiques.

Le kinkeliba est un arbre commun dans la savane arbustive de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale (région soudano-sahélienne) notamment dans les pays suivants : Sénégal, Sierra-Leone, Guinée, Mali, Mauritanie, Gambie, Niger, Côte-d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Bénin. Dans de bonnes conditions de sol et sans intervention humaine, le kinkeliba peut atteindre 15 à 20 m de haut, mais on le rencontre aussi souvent sous forme d’arbuste buissonnant ou d’arbres plus rabougris qui sont des rejets de souche (après coupe ou brulis). Les rameaux du kinkéliba sont rougeâtres, ses feuilles opposées (5 à 9 cm de long par 2 à 5 cm de large) vertes, coriaces, ont un pétiole court et se terminent en pointe, les fleurs petites et blanches comme chez la plupart des Combretaceae se groupent en épi, le fruit possède 4 ailes membraneuses. Les parties du Kinkeliba ou combretum micranthum utilisées traditionnellement en Afrique et qui possèdent des propriétés médicinales sont surtout LES FEUILLES VERTES et plus accessoirement l’écorce et la racine. On trouve les feuilles sur les marchés d’Afrique de l’ouest, en vrac ou enveloppées et empaquetées dans d’autres feuilles pour les protéger de la dessication ou faciliter leur transport. La feuille de kinkéliba fait partie de la pharmacopée Française. Dans certaines régions d’Afrique, notamment en Côte d’Ivoire, il peut y avoir confusion de nom (kinkéliba) entre Cassia occidentalis (ou faux kinkéliba ) (voir cette plante sur phytomania) et Combretum micranthum, le vrai kinkéliba.

 

Auteur de l’article : dooggle