L’ETAT S’ENGAGE À AIDER DAVANTAGE LE PATRONAT

«Il nous faut, encore et toujours, faire preuve d’imagination en matière de réformes, pour lever davantage les contraintes à une croissance forte et durable portée par le secteur privé» a déclaré le Ministère de l’Économie, des Finances et du Plan, Monsieur Amadou BA le vendredi 13 janvier 2017 lors de la réunion de concertation avec le secteur privé.

Cette rencontre entre dans le cadre de l’initiative lancée par son Excellence le Président de la République Macky SALL, invitant tous les acteurs économiques, politiques, de la société civile, du secteur privé et tous les chefs religieux à un dialogue autour des questions d’intérêt national.

Dans son discours, le ministre des Finances est revenu sur la bonne tenue de l’économie au cours de l’année 2016 ainsi que sur les bonnes perspectives. Celle-ci se matérialise par «une croissance économique soutenue, dans un contexte de maîtrise de l’inflation et de réduction du déficit budgétaire et de celui du compte courant de la balance des paiements». Le ministre a aussi rappelé certains chantiers ouverts par le gouvernement en vue d’aider le secteur privé à aller de l’avant.

Dans le domaine foncier, la facilitation de l’accès à la propriété avec la réduction du délai et des droits d’enregistrement de titres de propriété est une des mesures prises pour la réalisation des projets phares en matière d’habitat social. C’est ainsi que le taux des droits d’enregistrement des transactions immobilières est passé de 15 à 5 % entre 2012 et 2015, avec la possibilité d’opérer le transfert des droits de propriété au livre foncier, dans un délai de 48h.

Au plan fiscal, le Gouvernement a décidé de rapatrier dans le budget la taxe parafiscale relative à la Contribution au Développement du Service Universel des Télécommunications et du Secteur de l’Energie (CODETE) et a instauré une taxe spécifique sur le ciment et une taxe sur les exportations d’arachide.

Le processus de modernisation de la législation fiscale se poursuit avec la finalisation du projet de réforme de la patente qui a fait l’objet d’échanges fructueux entre l’administration fiscale et le secteur privé.

Dans la même lancée, il est, également prévu, une simplification plus poussée de l’imposition des revenus fonciers ainsi que la mise en place d’un dispositif fiscal destiné à une meilleure prise en compte des préoccupations du secteur agricole et de celui des énergies renouvelables.

L’administration douanière offre au secteur privé divers instruments qui renvoient notamment aux régimes économiques et particuliers, aux régimes d’exonération, de facilitation et aux régimes simplifiés et personnalisés, ainsi qu’au programme de partenaires privilégiés. Ils constituent de réels attraits aux investissements étrangers ou nationaux, du fait de la libération de certaines charges fiscales.

Pour Baidy Agne, l’objectif de la réunion est d’exposer sur les réalisations de 2016 et les perspectives de 2017 et en même temps de répondre aux différentes questions soulevées par le secteur privé.

«L’Etat doit davantage aider le secteur privé national notamment dans l’allègement des charges fiscales pour accroître ses efforts de production mais aussi de compétitivité surtout au niveau des produits locaux» a-t- il ajouté.

A la suite du ministre, Monsieur Pierre NDIAYE, Directeur Général de la Planification et des Politiques Economiques (DGPPE) a fait une présentation sur le Développement Economiques Récents et les Perspectives.

Selon lui, le Sénégal a restauré les marges de manœuvre budgétaires qui se manifestent par le renforcement de la mobilisation des ressources budgétaires, rationalisation des dépenses publiques, l’instauration de la réserve de précaution en gestion et l’amélioration de l’efficacité de l’investissement public.

Quant à Monsieur Mountaga SY, Directeur de l’APIX, est revenu sur l’environnement des affaires.

Pour le Directeur de l’APIX, le Sénégal est devenu une place d’affaires et d’investissement attractive et compétitive.

Le renforcement de la compétitivité du Sénégal s’obtient ainsi par la mise en œuvre effective de réformes permettant de hisser l’environnement des affaires à la dimension des ambitions du PSE.

S’agissant de la trésorerie, celle-ci s’est globalement bien comportée au cours de l’année 2016 selon Monsieur Moustapha BA, Directeur Général des Finances.

«Cette performance s’est réalisée en raison des rentrées totales de trésorerie qui se chiffrent à 3 073,45 milliards de FCFA. En glissement annuel, elles ont progressé de 493 milliards de FCFA en valeur absolue et 19% en valeur relative. Les injections de liquidité dans le territoire national ont porté sur 2 346,597 milliards de FCFA».

Son collègue M. Amadou Abdoulaye BADIANE, Directeur de la Législation, des Etudes et du Contentieux à la Direction Générale des Impôts et des Domaines a fait une large fenêtre sur la Réforme de la Patente.

Auteur de l’article : dooggle