Diamniadio: Au pôle économique, l’aventure va bientôt démarrer

Du haut de l’autoroute qui fend la cité nouvelle en deux, on pouvait voir les ouvriers faire pousser les immeubles. Sous le chaud soleil, ils construisent ce qui sera, dans quelques mois, le Pôle économique de Diamniadio. Mais, pour le moment, cette ville en construction, grande de 1644 hectares, soit 4 fois les parcelles assainies de Dakar, est un gigantesque chantier à ciel ouvert, que les autorités apprêtent à grande vitesse, pour qu’elle puisse accueillir sous peu, ses premiers habitants.

«Les travaux sont bien avancés. Le Président de la République avait lancé le projet le 24 mai 2014. Nous sommes aujourd’hui le 24 mai 2017. Trois ans après, les travaux sont très bien avancés. Les travaux en matière de logement, les travaux de l’Université Amadou Makhtar Mbow, ceux des hôtels, de la cité du savoir, les travaux de voirie, la boucle du germe de ville etc. Vous avez visité le pôle et vous avez aussi vu que les travaux sont très avancés», explique Seydou Sy Sall, le Délégué général aux pôles urbains de Diamniadio et du Lac rose, au terme d’une visite des lieux.

Aujourd’hui, le projet est à sa phase d’émergence. C’est-à-dire, au stade où les premières infrastructures structurantes sont en érection. Mais, déjà, les 4 arrondissements du pôle prennent forme. Le premier est consacré à l’industrie de l’évènementiel. C’est lui qui abrite actuellement le Cicad. Le second aura pour fonction dominante l’économie de la connaissance et sera articulé autour de l’Université Amadou Makhtar Mbow. L’arrondissement 3, lui, sera consacré à l’industrie manufacturière et la logistique tandis que l’arrondissement 4 sera dédié aux services tels que les banques et autres.

Mais, l’une des premières précisions que les experts lancent aux visiteurs, c’est que le pôle économique de Diamniadio n’est pas un assemblage d’éléments disparates : «Le pôle est un ensemble. Ce n’est pas de façon isolée que les infrastructures ont été réalisées. Les infrastructures ont été pensées dans un ensemble cohérent pour contribuer à structurer la ville et la rendre plus fonctionnelle. Donc c’est la fonctionnalité de la ville qui est l’élément le plus important quand on parle du pôle économique de Diamniadio », nous explique M. Mbaye Dieng, conseiller aux affaires foncières à la Délégation générale à la promotion des pôles urbains.

Beaucoup d’entreprises à loger

Au parc industriel, les premières usines attendent leurs futurs occupants. Mais, nous souffle les autorités, beaucoup d’entreprises se bousculent actuellement à la porte. L’Etat veut d’abord opérer une sélection rigoureuse. Les entreprises qui généreront le plus d’emplois, tournées vers l’exportation, seront privilégiées. «Beaucoup d’entreprises ont émis leur volonté de venir au parc industriel. Le Dg de l’Aprosi et son équipe sont en train de procéder à la sélection. Mais, seront privilégiées, les entreprises dont l’essentiel de la production est destinée à l’exportation.

D’après les informations qui nous ont été données, pas moins de 23 000 emplois, seront générés dans le parc industriel», indique Seydou Sy Sall. Mais, précise-t-il que sur la période 2014-2035, pas moins 200 000 personnes travailleront au pôle économique. Aujourd’hui, la Dgpu et les différents acteurs réfléchissent sur le statut de cette nouvelle ville qui nait sur les terres de Diamniadio. Ce, afin de voir comment y organiser la vie. Mais, d’ici la fin de l’année 2017, le pôle économique de Diamniadio va accueillir ses premières familles. Des sociétés privées qui y bâtissent des logements, sont prêtes à livrer leurs premiers appartements et villas.

Aussi, dès la fin de cette année, 6000 étudiants seront logés à l’université Amadou Makhtar Mbow, l’Hôtel 5 étoiles ne tardera pas à ouvrir ses portes et le pôle ministériel sera ouvert au mois de mars 2018. En fin juin, le centre de recherche du Pr Souleymane Mboup aussi sera inauguré par le Président de la République. «L’installation des familles est prévue en fin d’année dans les logements qui sont déjà prêts. Donc bientôt il y aura la vie dans la ville », promet le Délégué général.

Auteur de l’article : dooggle