Politique au Sénégal

Le Sénégal est une république à régime présidentiel multipartite où le Président exerce la charge de chef de l’État et le Premier ministre, la fonction de chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant des deux premiers. Le Sénégal est l’un des rares pays d’Afrique à n’avoir jamais vécu de coup d’État. Léopold Senghor, premier président après l’indépendance, a abdiqué en faveur de son Premier ministre, Abdou Diouf, en 1981. Le président actuel, Macky Sall, a été élu démocratiquement en mars 2012. Le Sénégal jouit d’une réputation de transparence des opérations gouvernementales et est considéré comme un exemple de transition vers la démocratie en Afrique, ainsi que de respect de la liberté et de l’indépendance des médias.

Le Président est élu au suffrage universel pour un mandat de 7 ans depuis la révision constitutionnelle de 2008. Le Parlement, redevenu bicaméral en mai 2007, est composé d’une Assemblée nationale réunissant 150 députés et d’un Sénat. Le Parti socialiste était majoritaire au parlement jusqu’aux élections d’avril 2001, date à laquelle la coalition du Président Wade remporta la majorité (89 sièges). La Cour de cassation, plus haute cour d’appel, et le Conseil constitutionnel, dont les juges sont nommés par le Président, constituent les plus hautes instances judiciaires du pays. Le Sénégal est divisé en 14 régions administratives avec à leur tête un gouverneur nommé par le Président. La loi sur la décentralisation entrée en vigueur en janvier 1997 a attribué aux assemblées régionales un certain nombre de compétences jusque-là réservées au gouvernement central.

Le Parti socialiste perdit la majorité qu’il avait conservée pendant 40 ans lorsque Wade, président du Parti démocratique sénégalais (PDS) et chef de file de l’opposition depuis 25 ans, remporta l’élection présidentielle. La révision de la Constitution intervenue en 2001 ramène la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans et instaure une limite de deux mandats. Wade sera le dernier président élu pour une période de sept ans.

Abdoulaye Wade mène une politique libérale, avec un certain nombre de privatisations et d’autres mesures d’ouverture des marchés. Il entend donner davantage de poids au Sénégal au niveau régional et international. Les moyens restent cependant limités et le rythme de la libéralisation de l’économie est faible. Le pays joue un rôle significatif au sein d’organisations régionales et internationales. Wade a fait des relations avec les États-Unis une priorité.

La réputation de démocrate de Wade s’est ternie à la fin de son premier mandat lorsque son opposant principal au sein de son parti, Idrissa Seck, fut arrêté et accusé de malversations financières et d’atteinte à la sécurité nationale. Wade refusa la tenue des élections, prévues en 2006, avançant des arguments économiques plaidant pour la tenue simultanée des élections présidentielle et législatives en 2007. De nombreuses formations, qui soutenaient initialement le PDS, ont maintenant rejoint le PS dans les rangs de l’opposition.

Auteur de l’article : dooggle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *